Image de Ville/ Expériences singulières, territoires communs

janvier 14, 2012 § Poster un commentaire

Expériences singulières, territoires communs

14/11/11 –  table ronde réunissant Madeleine Chiche, Bernard Misrachi (groupedunes) et José Morales (architecte)

Si la rue, et plus généralement les espaces publics, sont le territoire d’intervention des architectes et urbanistes, ils le sont aussi pour les artistes. Permettre à ces démarches de se rencontrer, c’est questionner la rue, et rechercher les « territoires communs » de ces expériences particulières. Le projet dont les intervenants étaient venus parler était celui de l’atténuation des effets négatifs des chantiers d’EuroMéditerranée :  informations, mises en sécurité, pédagogie, présentation des cheminements, amélioration de la lisibilité …


Pour ce groupe, réaliser un aménagement pertinent, ou faire une bonne mise en place consiste en le fait de faire émerger des bâtiments et un lieu et non de poser par-ci par là des aménagements, bâtiments ou autres oeuvres.

Aujourd’hui la tendance crée des espaces publics banalisés, souvent centrés sur les réseaux en eux-mêmes, alors que les cultures et traditions devraient pouvoir jouer un rôle certain dans leur agencement.

L’idée que l’espace public crée aussi une manière d’habiter est amenée. Cette manière d’habiter est forcément en lien avec la façon de construire. Tout serait donc lié et chaque mutation influerait sur l’un ou l’autres des segments de l’espace.

Exemple à la Friche : Madeleine Chiche, Bernard Misrachi

Madeleine Chiche et Bernard Misrachi développent leurs projets artistiques au sein du groupedunes. Danseurs et chorégraphes dans les années 80, ils poursuivent leur réflexion sur l’espace, le mouvement et le temps, en créant des installations multimedia qui s’inscrivent dans le paysage urbain. Celles-ci interrogent la présence du spectateur, ses modes de lecture et de perception, sa relation intime à l’espace physique. Ils sont résidents permanents à la Friche La belle de Mai à Marseille depuis 1992.

L’agence de José Morales, fondée en 1992, est installée à Marseille, sur le Vieux Port. De la conception de villa à la construction de lycée, du réaménagement de magasin à la construction de bâtiment modulaire, les projets alternent entre la maîtrise d’œuvre publique et privée. Le travail de l’agence est intimement lié à l’histoire des lieux et leur territoire. Le projet trouve son sens dans le plaisir de la narration qui se construit à travers une suite de séquences chronologiques. C’est la construction d’univers mystérieux à la recherche de nouvelles découvertes.

Publicités

Tagué :, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Image de Ville/ Expériences singulières, territoires communs à Design Urbain.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :