Métropolis

janvier 14, 2012 § Poster un commentaire

François Leclercq Michel Desvignes

 Les « rendez-vous Métropolis » sont des rencontres qui invitent les architectes, les urbanistes, les paysagistes, les géographes, les économistes à partager leur vision sur le thème du vide en ville. En particulier de phosphorer sur la définition du vide. Ces rencontres sont organisées par le ministère de la Culture et de la Communication, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine / l’Institut français d’architecture.

 C’est Dominique Perrault qui a insufflé la naissance de ce débat d’idées en affirmant que « le vide n’est pas rien » à la Biennale d’architecture de Venise 2010. Ainsi cinq métropoles françaises (Paris, Bordeaux, Lyon, Nantes et Marseille) accueillent une étape du débat, et après les thèmes du logement, de la mobilité et de la centralité, les étudiants du Master 2 Design Urbain ont participé à l’escale marseillaise qui avait pour thème : Vers la « ville-nature ».

Il s’agit d’une thématique qui est sur le devant de la scène urbaine depuis quelques années notamment avant l’élan sociétal et politique en faveur d’un mode de développement durable. Ainsi le vert est politique et le paysage devient la chose la plus aisée à faire accepter à la fois aux élus, aux habitants… A ce propos les élus marseillais ont répondu présent à ce rendez-vous  avec la présence de M. Gaudin et d’un comité de Marseille Provence Métropole.

Qu’elle soit d’hier (Hyde Park, Londres), d’aujourd’hui (Parc de la Ereta Alicante) ou encore de demain (Exposition Universelle de Milan en 2015), la nature végétale ou non sera toujours associée à l’urbain. N’en déplaise à Rudy Ricciotti qui a tenu une position très critique sur ce point lors de cette journée et dont les propos ne laissaient pas indifférents (« terroriste » pour les uns et « penseur libre » pour les autres). Les frontières administratives des Etats ne changent rien aux discours sur le sujet comme en témoigne la visite guidée de Francis Rambert en ouverture du colloque, où des projets qui fleurissent autour du monde enracinent ce lien ville-nature : depuis Central Park et Olmsted, en passant par Roberto Burle Marx à Sao Paulo, l’œuvre insolite au parc Matisse à Lille de Gilles Clément, l’introduction éphémère Floating Island de Robert Smithson en ville, la 5ème façade que représente le parc dans l’architecture de Dominique Perrault à Berlin…

Et nous remarquons que, comme le faisait à sa manière Le Corbusier à Chandigarh, la nature devient le matériau de l’urbanisme et de l’architecture. A ce sujet, le climat islandais, et plus précisément celui de Reykjavik,  a forcé le cabinet Pranlas-Descours à opter pour une architecture et un aménagement des espaces publics qui s’insèrent dans la terre, dans le substrat qui accueille les iles urbaines imaginées dans le tracé de l’aéroport de la ville.

De plus, la métropole, comme la nature, se dessine par son énergie, par des modes difficilement planifiables nous rappelle François Leclercq. Malgré cela, il faut garder à l’esprit que la nature en ville est toujours artificielle. Sa présence est désirée ou non, et dans le cas de projets urbains elle est réfléchie, soignée, glorifiée… comme peut le suggérer les plateaux végétalisés à altitudes variables du projet de l’Atelier Nouvel sur l’Ile Seguin, ou le projet Euroméditerranée à Marseille dont le ruisseau des Aygalades sera une centralité nouvelle. L’homme aussi, bien sûr, tient sa place à côté de cette nature, voire même, dans cette nature en ville, et il faut alors réinterroger notre existence, recomposer un lien tellurique, comprendre qu’un paysage peut-être primitif comme l’est parfois le vide urbain.

Publicités

Tagué :, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Métropolis à Design Urbain.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :