Les acquis pour la profession d’urbaniste


Définition d’un parti d’aménagement : situés en amont de la maîtrise d’œuvre les urbanistes assistent le maître d’ouvrage dans la définition des stratégies d’aménagement et du contenu des programmes. Il s’agit par la suite d’imaginer la spatialisation des stratégies et des programmes en identifiant un parti d’aménagement pertinent. Ce parti d’aménagement se décline en principes d’agencement qui gèrent le dialogue entre les espaces bâtis et leurs respirations et entre les différentes opérations de maîtrise d’œuvre.

Composition urbaine : Par définition, la composition urbaine se conçoit à différentes échelles. A l’échelle du grand territoire (topographie, grand paysage), l’enjeu est l’intégration du projet dans un contexte, un site, une histoire. A l’échelle de la ville (les axes majeurs qui en structurent le tissu urbain, la complémentarité de ses parties), l’enjeu est la participation du projet à une globalité qui est la ville. A l’échelle du quartier (trame des îlots, respirations entre les bâtiments, configuration des espaces publics),  l’enjeu est l’inscription du projet dans une forme urbaine et une trame viaire spécifiques.

Diagnostic et conception des espaces publics : Les espaces publics sont abordés sous l’aspect de leurs formes, de leurs architectures mais tout autant sous l’angle de leurs usages et de leurs pratiques. Aussi, la notion de cadre de vie  est une composante essentielle de l’option design urbain. En effet, il s’agit de former des étudiants capables de reconnaître et d’identifier les critères qui font la qualité des espaces bâtis et des espaces verts et qui favorisent le vivre ensemble. La qualité des espaces passe également par  la prise en compte de l’accessibilité et de la sécurité des déplacements. Cette option sensibilise les étudiants à l’aménagement des circulations : cohabitation des différents modes de déplacement, continuité et lisibilité des cheminements.

%d blogueurs aiment cette page :